P.-A. Lebrun, Le Cid, ms. autographe

Pierre-Antoine Lebrun

Manuscrits

Pierre Antoine Lebrun (1785-1873), poète et dramaturge précoce (il écrivit sa première tragédie à 12 ans), se fit connaître par des odes à la gloire de Napoléon mais obtint son premier réel succès littéraire en 1820 avec Marie Stuart, reprise de Schiller considérée comme le premier drame romantique français. Sous la Monarchie de Juillet, sa carrière prit un tour plus administratif que littéraire : membre de l'Académie française depuis 1828, il remplit l'intérim des fonctions de secrétaire perpétuel pendant le ministère Villemain (1839-1848) tout en dirigeant l'Imprimerie Royale (1831-1848) et le Journal des Savants à partir de 1839. Il fut fait conseiller d'État en 1838 et pair de France en 1839. Sous le Second Empire, il devint sénateur. En 1873, sa veuve décida de donner l'ensemble de ses papiers à la Bibliothèque Mazarine.
Le fonds Pierre-Antoine Lebrun est constitué majoritairement de sa correspondance littéraire (lettres de Balzac, Hugo, Sainte-Beuve, etc.), de ses manuscrits et notes sur ses propres œuvres de théâtre (Marie Stuart, Le Cid d'Andalousie, etc.), de ses manuscrits poétiques, de critiques littéraires et de pièces relatives à ses activités administratives. On y trouve également des documents sur Talma, acteur fétiche du dramaturge, de singulières caricatures attribuées à Prosper Mérimée et des albums photographiques. Conditionnés à l'origine dans un cartonnier légué par Mme Vve Lebrun, les manuscrits ont fait pour l'essentiel l'objet au début du XXe siècle d'un reconditionnement et d'une campagne de reliure.
L'inventaire sommaire dressé en 1873 par Antonius Pingard, chef du secrétariat de l'Institut, permet une première approche du contenu du fonds, qui est actuellement repris pour une description détaillée dans Calames.

Herc Szwarc, Un précurseur du romantisme : Pierre Lebrun (1785-1873), sa vie et ses œuvres, documents inédits et portraits. Dijon, Impr. Vve Berthier, 1928.
Pierre-Antoine Lebrun, Œuvres complètes. Paris, Didier, 1867.